?

Log in

No account? Create an account

Previous Entry

This body. Rafael Nadal/?? NC-17 OS

Titre : This body.
Pairing : Rafael Nadal/??
Rating : NC-17
Résumé : Rafael est tranquillement installé dans sa chambre, il fait beau et la brise est fraiche. Lorsque son petit ami rentre....
Disclaimer : Je ne prétends pas raconter la vérité, les personnages s'appartiennent à eux-même, je ne les connais pas... je ne gagne pas d'argent sur leurs dos avec cette histoire.
Warning : Mention de viol. /!\

Du balcon de sa chambre d’hôtel, Rafael observait le jardin qui s’étalait sur plusieurs mètres. Le soleil étant au crépuscule face à lui, la lumière qui se diffusait alors semblait rendre ce simple jardin énigmatique. Les zones d’ombres se multipliaient avec l’arrivée de quelques nuages. Rafael pencha légèrement la tête sur la gauche alors qu’une légère brise de vent remuait ses cheveux, et amenait un petit papillon aux ailes orangées au niveau de son balcon. Le tennisman tendit la main vers lui par réflexe, mais l’insecte se laissa porter par le vent avant de s’enfuir. Il sursauta en se retournant lorsqu’il entendit la porte de sa chambre claquer. Son regard devint soudain plus sombre alors qu’il dévisageait de la tête aux pieds la personne qui se tenait debout à quelques pas de l’entrée. Il fronça des sourcils et rentra à son tour dans la pièce, en refermant la baie vitrée derrière lui.
L’homme face à lui avait les cheveux ébouriffés, le regard rougie, des sillons carmin sur les joues, les lèvres gonflées très certainement par des baisers, un énorme suçon dans le cou et sa chemise entre-ouverte laissait voir d’autres traits rouges, plus anciens.
Rafael serra ses poings en se rapprochant du second individu, celui-ci eut un mouvement de recul et s’apprêtait même à faire demi-tour, mais déjà les mains du majorquin étaient sur ses épaules et le poussait jusqu’au mur le plus proche. Ses pouces au niveau de sa gorge étaient prêts à s’y enfoncer.

- T’étais encore avec lui, siffla-t-il entre ses dents.
- Je suis désolé, souffla l’autre en baissant son regard.

Les doigts de la main droite de l’espagnol tâtèrent légèrement la nuque de cet homme, s’attardant sur la trace à présent bleu qui ornait son cou. Il plissa des yeux en se rapprochant pour le voir de plus près. Les marques de plusieurs dents étaient visibles.
Un fort sentiment de trahison étreignait le cœur du majorquin alors que son regard remontait sur le visage larmoyant de son amant.

- Comment tu peux te laisser faire à chaque fois ?
- Pourquoi… pourquoi tu me fais la morale au lieu de…
- De t’aider ? demanda froidement Rafael. Je t’ai toujours prévenu, je t’ai toujours retenu mais tu fuis vers lui sans que je ne puisse rien y faire.
- Je ne fuis pas, fit-il dans un murmure en tentant de retirer les mains du majorquin.

Mais celles-ci se posèrent sur ses joues meurtris. Il eut du mal à retenir un léger gémissement de douleur à ce contact, ce qui renforça la férocité dans le regard du tennisman tout comme la chaîne qui se resserrait autour de son cœur. Ses pupilles tremblèrent lorsque des larmes se mirent à couler sur les joues du jeune homme plaqué au mur. Le liquide coulait sur ses doigts et finissait par trouver un moyen de s’enfuir pour s’écraser au sol.
Rafael mit sur la pointe des pieds puis se pencha, tremblant, à son oreille et tenta de prendre un souffle suffisamment correct pour rendre ses paroles fluides.

- Pourquoi tu ne te défends pas ?
- Je ne t’appartiens pas, souffla-t-il pour réponse.
- Et à lui, si ?
- Rafa…

Sa voix devenait de plus en plus un murmure alors que ses mains cherchaient un appui quelconque sur le corps du majorquin.

- Laisse-moi…
- Non.
- Lâche-moi…
- T’as pris goût à ton… à ce… cet abonnement au viol ?!
- T’es pas ma mère…
- ¡ Estoy tù novio, joder ! *

Il poussa un soupir en appuyant sa tête contre le mur alors que Rafael se redressait, laissant ses mains sur les joues de son amant.

- Défends-toi et je m’en irai si tu le souhaite.

Il se redressa à son tour pour observer les yeux du numéro un mondial dont les pupilles tremblaient… de peur. L’espagnol contracta sa mâchoire en tentant de reprendre un air plus neutre et plongea son regard dans celui de l’autre.

- Fais-moi partir si tu veux souffrir tout seul, Feli, et je te laisserai te bousiller avec l’autre connard de russe, cracha-t-il.
- Je…
- Dans le cas contraire, dit-il fermement sans le laisser l’interrompre en faisant glisser ses mains sur le torse de son compatriote, je ne te lâcherai plus d’une semelle pour que tu ne le vois plus.

Feliciano ferma doucement les yeux et amena sa main gauche au niveau de la poitrine de Rafael. Celui-ci voulut alors se pencher pour un baiser, mais les paupières de son aîné se mirent à trembler quand son souffle le frôla. Sa main droite, à présent tremblante à son tour, monta au niveau de la poitrine du numéro un mondial. Rafael s’apprêtait à parler, mais Feliciano le repoussa d’un coup bref, coupant ses paroles, en hurlant :

- Marat, non !

Puis il s’enfuit en courant vers la salle de bain.
Rafael poussa un long soupir en regardant la porte refermée. Ce ne sera pas cette fois qu’il parviendra à le raisonner.

Comments

( 1 commentaire — Envoyez un commentaire )
emileequx
31 oct 2011 18:55 (UTC)
pimples are really annoying, you can kill them using benzoyl peroxide but it will also make your skin red.

( 1 commentaire — Envoyez un commentaire )

Profile

slashsportfr
Sweaty Love: Le coin des mecs en sueur qui aiment.

Latest Month

juillet 2011
S M T W T F S
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31      

Page Summary

Actionné par LiveJournal.com
Designed by chasethestars